Quelques minutes avec… David Eguren

David Eguren joue le rôle de Zazu dans Le Roi Lion actuellement au théâtre Mogador à Paris. Admirateur de l’œuvre qu’il avait pu voir il y à 8 ans à Londres, il a donc été choisi pour jouer l’oiseau-majordome-confident-du-roi. Chaque soir, il est acclamé par les spectateurs pour « son humour et son jeu ». Il s’agit pourtant d’un personnage compliqué à jouer puisque l’acteur est « d’abord » marionnettiste ! Rencontre avec ce talentueux comédien.

Le Rapport du Matin a pu rencontrer David Eguren quelques minutes après les derniers applaudissements de la grande première de gala le jeudi 4 octobre.

Vous jouez le rôle d’un oiseau, n’est-ce pas un rôle « hors du commun » pour un acteur ?

David Eguren : Oui, en effet, c’est très particulier. Mais il ne faut pas se dire que l’on joue un oiseau à priori : le rôle est celui d’un majordome, d’un conseiller du roi. C’est avant tout ce personnage que je joue. Qu’il soit un oiseau, et qu’il soit représenté par une marionnette, cela vient en second plan. Evidemment, au final, cette marionnette devient le premier plan, puisque le vrai personnage, c’est elle : je ne suis que l’acteur qui lui donne la réplique.
Pour mon travail, j’ai avant tout pensé que j’étais un majordome, un conseiller. Avec Julie Taymor, nous avons d’abord travaillé sur le texte et sur les rapports finalement humains entre les personnages. Ensuite seulement, nous avons pensé qu’ils étaient des animaux.

L’apprentissage de la marionnette, c’est venu « naturellement » ?

Zazu - David Eguren - Le Roi Lion - 3/10/2007
Zazu (David Eguren)
© Disney | Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

David Eguren : Naturellement ? Non ! Pas du tout ! (rires) Quand on commence à apprendre le texte, et quand on vous donne cette marionnette dans les mains, il y a un moment de questionnement : « Comment vais-je interpréter mon personnage avec cette marionnette, cet objet… qui est sans vie ? Comment vais-je pouvoir faire passer les émotions, le rire et les moments dramatiques à travers cette marionnette ? » Le secret c’est de considérer que le personnage est la marionnette : un personnage en deux personnages finalement. Après cela, l’interprétation vient toute seule. Pour la manipulation, nous avons été superbement bien coachés par des marionnettistes. Ils nous ont fait travailler, ils nous ont donné des trucs, et cela s’est très bien passé ! J’ai d’ailleurs eu beaucoup de compliments car apparemment, j’ai appris très vite à la manipuler ! (rires) Mais c’est vrai qu’il y a un moment où l’on se dit : « mais comment vais-je jouer mon personnage avec ça ? bon ! ». Après, c’est du travail, c’est du travail tous les jours… et voilà !

Et en deux mois, vous étiez prêt ?

David Eguren : En deux mois, et même avant… car il le fallait ! C’est caractéristique du travail avec les américains : il faut tout de suite intégrer les choses – ce ne sont pas des tirants et tout s’est très bien passé ! – mais cela a été un travail où il a fallu être très disponible tout le temps ! Nous avions de très longues répétitions, 6 jours sur 7… mais elles ont fait leurs preuves, il n’y a pas de secret !

Une dernière question, vous êtes « assez » maquillé… la préparation est longue ?

Zazu - David Eguren - Le Roi Lion - 4/10/2007
David Eguren (Zazu)
© Disney | Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

David Eguren : Il y en a pour une petite heure de maquillage, de mise en place de perruque et de chapeau ! Et un petit moment aussi pour se démaquiller : il faut bien ½ heure pour enlever tout ça !

Merci beaucoup pour le temps que vous nous avez accordé. Nous vous laissons justement vous dé-zazu-ifier !

Premiers succès pour Le Roi Lion

Avec 75 000 places vendues, Le Roi Lion rencontre un premier succès à Paris. 2 semaines après la première, plus de la moitié des places disponibles jusqu’au 31 décembre ont donc été vendues.

Le public semble apprécier ce spectacle « parfait ». Un spectateur nous confiait même que c’était « trop parfait » ! La mise en scène et les costumes époustouflent toujours autant le public. Quand aux acteurs, ils sont vraiment dans leurs rôles et permettent au fameux « double événement » de fonctionner à merveille. Le « double événément », comme l’appelle Julie Taymor la metteur en scène, c’est la superposition “mentale”, sur un élément de costumes représentant et illustrant le personnage, de la figure et du jeu de l’acteur.

Pour la représentation d’hier soir, Le Rapport du Matin tient à féliciter les acteurs, les équipes techniques et le public qui ont dû faire face à une – heureusement fausse – alerte d’évacuation. A quelques minutes de la fin en effet, les lumières de secours se sont rallumées et les spectateurs ont très sagement commencé l’évacuation de la salle. Heureusement tout est rentré dans l’ordre et le spectacle a pu se terminer après 10 minutes de pause.

Nous pouvons particulièrement féliciter Timon (Christian Abart) et Pumbaa (Fabrice de la Villehervé) pour leurs jeux, pour leurs talents et pour la justesse des personnages qu’ils interprètent. L’incident d’hier est arrivé lorsqu’ils étaient en scène – et la public a pu lire dans leurs yeux leurs grandes déceptions. Quand ils ont repris, quelques minutes plus tard, c’était avec autant d’enthousiasme et de professionnalisme… Bravo à vous deux !

Quoi qu’il en soit, lors des saluts, le public s’est levé pour un standing ovation ! « Que de suprises, que de trouvailles de mise en scène! », « Que de talents ont ces acteurs ! » pouvait-on entendre dans la salle !

La musique du Roi Lion

Depuis 15 jours, Le Roi Lion se donne à Mogador et Le Rapport du Matin n’a toujours pas parlé de la musique ! La mise en scène, il est vrai, la relègue au second plan – ou plutôt la place à sa juste place : au service de l’histoire !

Pourtant, la musique est extrêmement présente dans ce musical – excusez ce pléonasme ! –, et de manière particulièrement diversifiée ! En effet, on trouve à peu près autant de chansons pop que de chœurs africains.

Le musical reprend en effet les 5 chansons du dessin animé composées par Elton John sur des paroles de Tim Rice : Le cercle de la vie, Moi, j’veux super vite être roi !, Soyez prêts, Hakuna Matata et Quand soudain l’amour est là. Pour le musical, Elton John et Time Rice ont composé 3 nouvelles chansons : L’écho du matin, Bon app’ !, La folie du roi Scar.

Le Cercle de la Vie - Rafiki -  Paris
Le cercle de la vie
© Disney | Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

« La voix et l’esprit du Roi Lion, c’est Lebo M ». Lebo M est un musicien sud-africain qui a composé pour Le Roi Lion les fameux chœurs. Il a composé Grasslands Chant (Le chant de la savane), The Lioness Hunt (La chasse des lionnes) et One by one.

Pour le film d’animation déjà, il avait participé à la création de The Stampede (La ruée) et de King of Pride Rock. Composés par Hans Zimmer, il en avait écrit les paroles.

Avec l’aide de Mark Mancina et de Jay Rifkin, il compose le chant central du musical Le Roi Lion – le chant qui fait le lien entre le premier et le deuxième acte – Il vivent en toi / Il vit en toi.

Il participe aussi à l’écriture de Terre d’ombre et de Nuit sans fin. A noter que les paroles de Nuit sans fin ont été écrites par Julie Taymor, la metteur en scène, artiste aux multiples talents.

Rares sont les œuvres qui ont fait intervenir autant de personnes pour la composition de la musique ! Il en découle une succession d’airs pop, faisant avancer l’action ou exprimant les sentiments des personnages, entremêlés de chœurs, chantés en divers dialectes et langues d’Afrique, qui donnent l’ambiance. « Des chants et une orchestration puissants et rythmés, l’Afrique est là… » déclarait un spectateur !

L’intégralité du spectacle est joué et chanté en direct. En fosse, grâce à un orchestre composé de 20 musiciens aux instruments variés : percussions, batterie, guitare, basse, violon, alto, violoncelle, marimba, clavier, trombone, trombone basse, cor, bois… Et sur scène, grâce au chœur et aux solistes.

En conclusion, Le Roi Lion c’est 2h40 de bonheur pour les oreilles !

Et pour finir sur la musique, beaucoup attendent les enregistrements. D’après les bruits qui courent, l’album CD pourrait sortir fin novembre 2007. Pour ce qui est d’une vidéo, il ne faut pas compter dessus ! D’une manière générale, les spectacles présentés à Broadway ne sont pas proposés en vidéo. Dans le cas de Walt Disney Theatrical, aucun de ses spectacles n’est jamais sorti sur un support vidéo !

Quelques minutes avec… Julie Taymor

Julie Taymor est la metteur en scène du Roi Lion, c’est l’âme de cette production. Artiste aux multiples talents, elle a mis en scène, créé les costumes, co-créé les masques et les marionnettes et écrit les paroles d’une chanson pour Le Roi Lion ! Pour ce travail, elle est récompensée en 1998 par le Tony® Awards – la récompense la plus prestigieuse pour un musical – de la Meilleure Mise en Scène d’un musical et des Meilleurs Costumes. Cette artiste hors du commun, qui a travaillé aussi pour le théâtre, pour l’opéra ou pour des films, a fait du Roi Lion une expérience unique… « Il y a tout simplement rien de comparable » déclarait le The New York Times.

Le Rapport du Matin a pu rencontré Julie Taymor, le soir de la grande première de gala le jeudi 4 octobre 2007, quelques minutes après la standing ovation générale !

Vous avez monté plus de 10 productions du Roi Lion à travers le monde. Sentez-vous des différences d’un pays à un autre ?

Julie Taymor - 4 octobre 2007 - Première du Roi LionJulie Taymor : Oui, chaque pays doit pouvoir trouver sa propre personnalité. Et après avoir vu ce que j’ai vu ce soir, je suis très fière que cela soit si fidèle à l’original, mais aussi que cela soit si français. J’ai trouvé par exemple que les chansons d’Elton John fonctionnent très bien en français, et nous en sommes très heureux. Chaque acteur apporte sa propre personnalité, son talent, et culturellement, il apporte ce qui lui appartient, sa propre culture. Les sonorités africaines et la langue française fonctionnent très bien ensembles. Je ne suis pas surprise, mais j’en suis ravie !

Précisément, avez-vous beaucoup travaillé sur la langue, en association avec Stéphane Laporte ?

Julie Taymor - 4 octobre 2007 - Première du Roi LionJulie Taymor : Stéphane Laporte a fait un très beau travail. Nous avons du en permanence faire des ajustements, nous assurer que cela fonctionnait bien et que la langue voulait bien dire la même chose tout en gardant une couleur locale. Il y a des choses qui ne pouvaient pas fonctionner, cela a été adapté, comme cela doit l’être. Ce n’est pas une production étrangère, ou une production américaine, c’est une production qui appartient au théâtre mondial. C’est inspiré du théâtre asiatique, africain, européen et américain. Dans ce sens, cette œuvre transcende les cultures, les différences et les frontières, cela se sent. Les acteurs, la musique font cela. Et les spectateurs sentent effectivement que cela leur appartient.

Et pour finir, combien de temps avez-vous passé sur cette production de Paris ?

Julie Taymor : Je suis venu la première et la dernière semaine des répétitions. Et j’ai laissé entre les deux un très talentueux jeune homme qui est mon associé pour continuer le travail en mon absence. Je pense qu’au début, les acteurs ont besoin de connaître l’inspiration de chaque personnage, et l’idée des mouvements. J’ai créé les masques donc je les connais. Et puis ensuite il y a beaucoup d’apprentissage par les répétitions, ils doivent apprendre leurs rôles,… Et enfin, après quelques avant-premières, je reviens et je peux les amener à un niveau supérieur parce que je suis le metteur en scène d’origine. C’est toujours bien d’avoir la vision originale…

Merci beaucoup Julie Taymor pour ces quelques mots. Félicitations pour cette production.

Quelques minutes avec… Garth Fagan

Le Roi Lion est un musical faisant appel à de nombreux arts de la scène. Côté danse, par exemple il mèle avec bonheur les mouvements inspirés de la danse moderne, afro-antillaise et du ballet classique. Ses chorégraphies suggèrent la beauté de l’Afrique, le mouvement frêle des antilopes, mais aussi la violence des gnous ou des hyènes.

Garth Fagan est le chorégraphe du Roi Lion. Avec cette œuvre, il remporte en 1998 le Tony® Award – la plus haute récompense pour les musicals – du meilleur chorégraphe. Le Rapport du Matin a pu le rencontrer la veille de la grande première de gala du Roi Lion. Presque 10 ans après, il revient sur la création de cette production qui a accueilli plus de 40 millions de spectateurs dans le monde !

Garth Fagan, bonjour. Pouvez-vous nous dire comment vous avez travaillé sur ce musical ? Est-ce Julie Taymor qui vous a proposé ?

Garth Fagan : Oui exactement, elle était venue voir des représentations de mon ensemble de danse moderne « Garth Fagan Dance ». – Nous avons d’ailleurs joué plusieurs fois à la Maison de la Danse à Lyon. – Elle m’a invité à visiter son atelier et m’a montré ses créations si particulières : les marionnettes et les costumes qu’elle avait dessinés. Elle est très avant-gardiste dans le monde du théâtre, et moi aussi avec mon ensemble de danse, notre rencontre a donc été naturelle, et je la remercie pour ce que nous avons fait ensemble, même si cela a été difficile… (rires).

Garth Fagan - Le Roi Lion
© Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

Avez-vous travaillé sur la production française, ici à Paris ?

Garth Fagan : Non, c’est Marey Griffith, mon superviseur de danse, qui a suivi cette production. Elle a travaillé sur de nombreuses autres productions du Roi Lion autour du monde, et c’est donc la meilleure personne pour ce travail. Je ne suis pas du tout inquiet du résultat et de ce que je vais voir : je sais que ce sera excellent.

Pour réaliser ces danses et ces chorégraphies, aviez-vous vu le dessin animé ?

Garth Fagan : Le choix du chorégraphe a été fait à l’international et je ne m’en souciais pas trop… Mais quand on m’a appris que j’étais un des trois finalistes, je me suis dit : « Oups, il faudrait peut-être que je vois le dessin animé ! ». Mes enfants étaient déjà grands, il n’y avait donc pas de « Roi Lion » dans les parages ! Je l’ai acheté, je l’ai regardé, et je suis tombé totalement en admiration… Parce que cela se passe en Afrique : c’est si beau et si émouvant, mais aussi parce que c’est l’histoire de l’Enfant Prodigue, et qu’en fait c’est une histoire humaine ! Rafiki est le guide spirituel de cet enfant, et nous aussi nous avons chacun un guide dans nos vies. Ainsi mon grand-père pouvait me demander des choses que j’aurais refusées à mes parents. Et aujourd’hui, je vois la même chose avec mes petits-enfants : je peux toujours leur parler même s’ils sont énervés vis-à-vis de leurs parents. Ce sont des expériences humaines et c’est cela qui m’a touché.

Comment avez-vous travaillé avec Julie Taymor ?

Garth Fagan : Nous avons travaillé séparément, Julie avec les acteurs de son côté et moi avec les danseurs de mon côté. Dès qu’elle avait un moment, elle venait voir ce que nous faisions. De temps en temps, j’allais avec les danseurs la voir et lui montrer ce que nous avions fait. Et de temps en temps, nous étions obligé de travailler ensemble, par exemple sur les grandes scènes comme sur le numéro d’ouverture. Ces moments où il y a tant de danseurs, d’acteurs et de marionnettes sur scène. Nous avons toujours eu une très bonne ambiance de travail, avec beaucoup de pression, mais c’était extraordinaire. Quand vous voulez quelque chose de bien, vous avez besoin de cela.

10 ans après la première à Broadway, que diriez-vous ?

Garth Fagan : Je suis très fier que quelque chose que j’ai créé et sur lequel j’ai travaillé en collaboration avec toutes les autres personnes de l’équipe créative, soit encore en vie à travers 8 ou 9 productions tout autour du monde ! Dans tant de langues et de pays, comme au Japon, à Hambourg, en Australie. Et je suis fier d’avoir travaillé sur une œuvre qui donne tant de joie, à tant de culture et de langues. Quelque soit la langue ou la culture, j’apprécie cette œuvre… Je connais toutes les transitions, toutes les musiques, mais la production toujours aussi émouvante, et elle m’arrache des larmes ! Donc j’attends avec beaucoup d’impatience la version française ! Je suis sûr que cela va être extraordinaire.

Déjà 50 000 places vendues

Stage Entertainment France indiquait hier avoir vendu plus de 50 000 billets pour son spectacle Le Roi Lion, actuellement au théâtre Mogador à Paris. Ce chiffre impressionant indique qu’environ 1/3 des places disponibles ont été vendues à ce jour. Pour l’instant, il est possible de réserver jusqu’au 31 décembre 2007.

Moins d’une semaine après la Première de Gala, la presse a fait du Roi Lion le phénomène du moment. Du côté publicité, Paris est de nouveau paré des couleurs du Roi Lion.

On en parle – Semaine du 1er au 7 octobre 2007

Le Rapport du Matin continue à ouvrir ses colonnes et recueille les avis de spectacteurs du Roi Lion. Sur le fond les avis sont unanimes : le spectacle a été apprécié. Dans les détails, on peut entendre quelques regrets, et même des avis divergents.

Mardi 2 octobre 2007

S@m

Alors ?
Un festival visuel époustouflant et quasiment ininterrompu pendant près de 3h…

Les costumes sont incroyables, la technique suit parfaitement et les comédiens maîtrisent leurs costumes, ce qui donne au spectacle une grande fluidité. Les aspects scéniques et chorégraphiques sont impeccables. On en prend plein la tête dès le premier tableau qui est magistral.

J’ai également beaucoup apprécié la reprise de Il vit en toi qui est un moment magique.

C’est phénoménal comme boulot, et c’est clair que je vais y retourner, enfin je vais peut-être attendre qu’il y ait des réductions 🙂

Un regret ?
– J’étais en catégorie 2 dans la corbeille, et par moments, le son était beaucoup trop faible ! Que ce soit la musique ou les micros, sur certaines chansons, c’était franchement frustrant, on n’était pas imprégnés…
[NDLR : il semblerait que des réglages de sonorisation aient eu lieu depuis]
– Une certaine faiblesse vocale de certains des rôles principaux en comparaison à leurs homologues américains – c’est le problème quand on écoute trop la musique en VO… –. En particulier, à part les interprètes de Scar et de Rafiki, les comédiens doivent faire un effort d’articulation et de diction : certaines scènes sont incompréhensibles, en particulier celles des hyènes. Par ailleurs, si elle s’en sort remarquablement, je trouve que la voix de Nala adulte manque de profondeur sur Shadowland (Terre d’Ombre).
– Les approximations du texte qui utilise un langage familier inutile : les « ta gueule » et autre « ché pas » – oui, on peut dire je-ne-sais-pas – n’apportent pas grand chose… Après sur les changements de traduction on peut discuter mais bon…

 Jeudi 4 octobre 2007

Dom 

Alors ?
Tout d’abord, je ne suis pas très comédie musicale, mais là, j’ai été enchanté par le spectacle, c’est époustouflant, magnifique. J’ai trouvé le premier acte très émouvant avec l’intervention de Simba et Nala enfant (Louka Masset et Ketsia Toto), ils jouent et chantent magnifiquement bien sans oublier Jee-L et Léah Vincent !

La musique est magnifique, le niveau sonore est un peu juste mais reste raisonnable, les personnages sont bien interprétés, avec Zazou qui est plein d’humour. Concernant l’adaptation en français, je trouve qu’elle est très réussie, les costumes sont magnifiques, incroyables et les comédiens maîtrisent leurs costumes. J’ai beaucoup apprécié la reprise de Il vit en toi qui est un moment magique.

En résumé, un spectacle à voir et à revoir absolument, à recommander sans hésitation….

Dimanche 7 octobre 2007 à 15h

Pierrot

Alors ?
Je dois dire que j’ai été enchanté par ce spectacle: il est MAGNIFIQUE. Le jeu des comédiens est très juste, ils chantent magnifiquement bien – surtout Léah Vincent pour qui j’ai eu un coup de cœur, elle m’a foutu la chair de poule !!!

De même la musique est magnifique, et l’émotion passe très très bien. Comment ne pas éclater en larmes dans le dernier tableau ? Il faut dire que les personnages sont excellemment bien interprétés, comme par exemple Zazou qui a une répartie du tonnerre et plein d’humour.

De même, l’adaptation en français est très réussie, avec des touches humoristiques vraiment drôles, et puis bien évidemment, j’ai pensé à votre site pendant la chanson de Zazou et Simba « le rapport du matin » [NDLR : En fait la chanson s’appelle L’écho du matin dans le musical, Le Rapport du matin était la traduction dans le DVD].

A noter toutefois que le spectacle a plus un aspect théâtral que musical, car finalement je m’attendais à plus de chansons.

Mais vive le Roi Lion, quel spectacle MAGNIFIQUE…

Un regret ?
Il est vraiment dommage que le spectacle ne soit pas réalisé avec les « vraies » paroles – celles du dessin animé –, j’ai eu du mal à m’y habituer et cela m’a un peu « choqué » puisque parfois, les paroles sonnent « faux ».

Avertissement : ces témoignages peuvent ne pas refléter les opinions de la Rédaction du Rapport du Matin.

Quelques minutes avec… Stéphane Laporte – 2

Le musical Le Roi Lion actuellement au théâtre Mogador à Paris est une copie conforme au spectacle présenté à Broadway depuis 10 ans.

Pas tout à fait, car il se distingue en effet de la version originale sur deux points :
Le premier changement concerne les interprètes et les techniciens qui sont, pour la grande majorité, locaux et donc français. Le second changement concerne la langue puisque, comme dans tous les autres pays du monde, le spectacle est présenté dans la langue locale. Pas tout à fait en réalité puisque seul l’anglais a été traduit, les dialectes et autres langues africaines utilisés sont conservés ! C’est Stéphane Laporte qui a réalisé cette difficile opération qu’est une adaptation !

Le 23 avril 2007, Le Rapport du Matin avait déjà interviewé Stéphane Laporte, l’adaptateur-traducteur de la version française du Roi Lion. Le Rapport du Matin a de nouveau rencontré Stéphane Laporte lors d’une conférence de presse, la veille de la première, le 3 octobre 2007. Entre ces deux dates, l’adaptation a rencontré les remarques des équipes créatrices américaines, les artistes-comédiens français qui l’interprète ainsi que le public lors des avant-premières…

Après le premier travail de traduction, comment se sont passés les modifications de texte ?

Stéphane Laporte : Cela s’est fait très naturellement. Il y a certains mots qui étaient impossibles parce que la mise en scène, à certains moments, nécessite un mot particulier. Je n’avais vu le spectacle que deux fois à Londres en janvier, et on n’arrive pas à assimiler une mise en scène d’un spectacle de 2h30 en 2 représentations seulement ! Il a donc fallu modifier quelques textes et quelques paroles de chansons. Mais tout ça s’est fait tout naturellement.

Quel a été votre travail avec la musique ?

Stéphane Laporte : Je joue du piano donc je travaille à partir des partitions. Je fais en sorte que cela cadre en français comme cela peut cadrer en anglais. En faisant particulièrement attention aux fameux accents toniques qui sont complètement différents en anglais et en français. Si un accent tonique est mal placé en français, le spectateur va mal entendre ce qui est dit – du coup on va perdre la phrase et ne va pas entendre la phrase qui suit… Et cela fait boule de neige : un accent tonique mal placé peut fiche en l’air une chanson ! Donc il y a vraiment un travail à faire, je pense d’ailleurs qu’il est crucial d’être un petit peu musicien pour arriver à écrire des paroles.

Et donc vous allez jusqu’à écouter les sons ?

Stéphane Laporte : J’essaie au maximum. Prenons l’exemple de Rafiki qui est jouée par une artiste sud-africaine, comme dans toutes les productions du monde d’ailleurs. Elle ne parle pas français : j’avais écrit une première ouverture de Cercle of Life en français. Elle l’a apprise parce qu’elle est extrêmement consciencieuse et qu’elle est géniale – je ne sais pas si vous avez vu le spectacle, elle est inouïe ! – et en fait, elle avait un mal fou. J’ai donc réécrit le passage avec le moins possible de « an » et de « on » et, du coup, c’est plus facile pour elle. Je crois qu’il faut aussi tenir compte des artistes.

Combien de temps cela prend pour un travail comme cela ?

Stéphane Laporte : Cela m’a pris à peu près deux mois en début d’année et les répétitions après, donc environ 4 mois.

Quelle liberté avez-vous par rapport au texte original ?

Stéphane Laporte : Il y a beaucoup de références françaises qui, je m’en félicite, ont été approuvées par Disney. On peut trouver par exemple « Je suis malade » de Lara Fabian. On trouve aussi un cancan d’Offenbach qui remplace un charleston qui était dans le spectacle d’origine. Donc des références très franco-françaises, et ils les ont validées sans aucun souci.

Qu’est ce qui a été difficile ?

Stéphane Laporte : Il y a beaucoup de jeux de mots, et c’est un cauchemar pour l’adaptateur car un jeu de mot, cela ne se traduit pas… Il a donc fallu en trouver d’autres. Et cela m’a pris beaucoup de temps !

Il y a un personnage pour lequel l’adaptation a été plus difficile ?

Stéphane Laporte : Oui, les hyènes. Et je crois que dans tous les pays c’est pareil. Elle ont un genre un peu ghetto, donc il faut faire attention à ne pas tomber dans la caricature. Heureusement, l’interprète de Banzaï, qui est la hyène principale, vient du sud-ouest. Il a donc gardé l’accent de là-bas, et cela ne fait pas ghetto du tout…

Avez-vous eu des exigences à respecter par rapport aux paroles initiales ?

Stéphane Laporte : Oh oui ! Prenons l’exemple de la chansons d’ouverture « Cercle of Life » – dans le film « L’histoire de la vie » – Julie Taymor, la metteur en scène, a vraiment insisté pour qu’on trouve l’image du cercle car c’est un élément visuel très fort du spectacle. J’avais suggéré « La chaîne de la vie », « La ronde de la vie »… Rien à faire, il a fallu que cela soit « Le Cercle de la vie ». Il y a d’ailleurs certaines paroles qu’il a fallu intégrer à la version française, même si quelques fois, c’est un choix que je n’aurais pas fait !

Et justement, par rapport au dessin animé que tout le monde connaît, y-a-t’il des choses qui vont se ressembler ?

Stéphane Laporte : Si cela se ressemble, ce sera accidentel car je n’ai vu le dessin animé qu’après avoir fini l’adaptation – exprès –. Justement pour éviter qu’on puisse dire « il a pompé »… Et puis aussi parce que l’adaptation répond à des exigences différentes : Dans le dessin animé, il y a des labiales qui correspondent à ce qui est dit en anglais et qui doivent être approchées pour la version française. Dans le spectacle, ce qui compte par-dessus tout, c’est le message, et la correspondance avec le visuel. Je ne crois pas que cela aurait été pertinent de reprendre les paroles du dessin animé.

Quand avez-vous bouclé les dernières modifications ?

Stéphane Laporte : Hier ! Littéralement hier ! La veille de la première.

Et là, c’est sûr, c’est bouclé ?

Stéphane Laporte : Non ! (rires) Non, cela fait partie du service après-vente. Je vais intervenir régulièrement pour changer les petites choses qui fonctionnent moins bien que ce que j’espérais…

Et quel est le plus beau compliment que l’on peut vous faire sur le texte ?

Stéphane Laporte : Qu’on oublie que c’est une traduction. Ce qui me fait le plus plaisir, c’est de me dire qu’on a l’impression que l’œuvre a été écrite en français.

Les images du Roi Lion

Le Rapport du Matin vous propose de découvrir quelques images de la production parisienne du Roi Lion. Ces images ont été prises lors de la présentation à la presse de 4 scènes de l’œuvre, mercredi 3 octobre 2007.

Le Roi Lion - Le Cercle de la Vie
Rafiki (Zama Magudulela)
© Disney | Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

Le Roi Lion - Confrontation Scar et Mufasa
Confrontation entre Scar (Olivier Breitman) et Mufasa (Jee-L)
© Disney | Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

Le Roi Lion - Terre d'ombre
Les lionnes
© Disney | Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

Le Roi Lion - Il vit en toi
Simba (Jérémy Fontanet)
© Disney | Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

De nombreuses autres photos sont disponibles sur la page Les photos.

Ces photos sont l’occasion de découvrir l’immense travail esthétique de Julie Taymor sur cette œuvre. Julie Taymor est la metteur en scène du Roi Lion, elle est aussi la créatrice des costumes et la co-créatrice des masques. Pour ce musical, elle a remporté, en 1998, deux Tony® Award pour la mise en scène et la création des costumes.

Standing ovation pour Le Roi Lion

Hier soir avait lieu la Grande Première de Gala du Roi Lion au théâtre Mogador à Paris. Les invités sont arrivés à partir de 19h et ont parcouru le tapis rouge le long duquel la presse était installée pour des séances photos.

Le Roi Lion - Première
© Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

C’est quelques minutes après 20h, le spectacle a commencé devant une salle très “people”.

L’accueil du spectacle a été excellent puisqu’à la fin de la représentation, la salle s’est levée immédiatement pour une standing ovation générale et des applaudissements continus !

Le Roi Lion - Première
© Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

Le Roi Lion - Première
© Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

Avec toute la troupe, les créateurs de la production Julie Taymor, la metteur en scène, Garth Fagan, le chorégraphe, Lebo M et Tim Rice, les compositeurs, sont venus saluer.

Le Roi Lion - Première
© Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

Le Roi Lion - Première
© Alexandre Rosa / Le Rapport du Matin

En sortant de la salle, les commentaires étaient plutôt très positifs « Enfin une bonne soirée ! », « Je suis très impressionné ! », « La musique est vivante ! Et la mise en scène, les décors, les costumes… », « C’est surprenant, incroyable ! ».

La soirée s’est terminée par un cocktail-dînatoire-soirée dans les nouveaux vastes foyers du théâtre.

Le Rapport du Matin reviendra sur cet événement avec des photos et des interviews exclusives.