Les archives du web : Candide a vu La Belle et la Bête à Londres

Interview réalisée en décembre 2000 par email. Candide Ohannessian a vu La Belle et la Bête à Londres en 1998.

Tu as été voir la Comédie Musicale de Disney La Belle et la Bête. Pourquoi as-tu eu envie de la voir ?

Candide Ohannessian : J’ai une fascination pour les productions Disney et pour le spectacle en général, notamment pour les comédies musicales qu’on ne trouve pas en France… J’ai été impressionnée par les décors, par les effets spéciaux comme tous, mais également par la qualité des artistes : danseurs, chanteurs, comédiens. La beauté et la qualité des décors sont admirables et de plus, la scénographie est très bien étudiée : la machinerie en place doit être de qualité exceptionnelle ! Le plan lumières est riche et lui aussi très bien étudié pour assister les effets spéciaux et pour mettre en valeur les décors et les personnage !

Trois moments forts me restent en tête :

  • Premièrement, le ballet de Gaston avec les bock de bière : une chorégraphie recherchée avec une idée et un accessoire très originale : le bock en étain.
  • Deuxièmement, le final de la danse des couverts et des assiettes dans le château, il se termine par des feux d’artifice en fontaine. La synchronisation de la mise en place des feux et leur combustion m’ont vraiment surprise ; il est toujours très délicat d’utiliser des feux d’artifice en salle !
  • Troisièmement, la transformation de la bête en prince, je ne dois pas être la seule !!! Je ne suis pas novice en matière de spectacle et j’ai été très vigilante à ce moment pour découvrir leur trucage ; j’ai été complètement bluffée et émerveillée aussi ! Il y a un formidable effet de lumière qui nous laisse ébahi devant une telle magie !!! Comme une petite fille, je dis : c’est magique et pourtant… j’aimerais savoir.

Tu connais sans aucun doute le dessin animé, comment trouves-tu l’adaptation ?

Candide Ohannessian : L’adaptation n’a pas appauvri l’histoire, au contraire elle est enrichie car très travaillée dans le détail. Les décors sont élaborés avec minutie, ils nous plongent dans un univers proche du dessin animé et cela a du être difficile à retranscrire. La mise en place des décors est, elle aussi, surprenante, je trouve le château époustouflant, franchement quand il est apparut j’étais scotchée sur mon siège. Les costumes ? Très mignons aussi, et très riche, avec des matériaux sans doute très nobles. Mais en fait c’est plutôt les décors qui m’ont impressionnée.

Penses-tu que l’orchestre soit indispensable ?

Candide Ohannessian : Je suis pour le live qui donne toujours une autre dimension à un spectacle ; je crois que l’on vit différemment une représentation lorsqu’il y a du direct, surtout avec un orchestre de cette dimension.

En conclusion ?

Candide Ohannessian : Je conseille à tous d’aller voir ce spectacle pour la beauté du spectacle d’abord. C’est pour moi très important qu’une production artistique soit belle, donne du ‘beau’ à nos yeux parfois blasés. Mais ce spectacle permet également de faire comprendre ce qu’est un spectacle bien étudié dans tous les domaines : décors, scénographie, jeu des acteurs, chant en direct, chorégraphie, accessoires, lumières, effets spéciaux…

Les archives du web : Clotilde a vu La Belle et la Bête à Londres en 1998

Interview réalisée en août 2000 par email. Clotilde L. a vu par hasard La Belle et la Bête à Londres en 1998.

Que penses-tu de cette comédie musicale ?

Clotilde L. : Ce sont les décors qui m’ont le plus impressionnée. J’admire l’imagination des gens qui les ont conçus. La façon dont les différents morceaux s’assemblent pour former tel ou tel lieu, la richesse des détails, c’était vraiment stupéfiant !

“Be our guest” [C’est la fête] est le moment le plus fou, le plus grandiose. C’était déjà le cas dans le dessin animé, je trouve vraiment formidable d’avoir réussi à recréer cette ambiance délirante et fofolle en “vrai”. Je pensais que ce genre de délire n’était justement possible qu’en dessin animé ou en film, je ne croyais pas qu’on puisse le faire en “live”, en tout cas pas aussi bien…

La scène dans la taverne où ils chantent en frappant leur chope l’une contre l’autre est aussi un des moments que j’ai le plus aimé : je fais partie d’une troupe de comédiens amateurs et je n’ose pas imaginer le temps qu’ils ont passé à répéter ce ballet pour arriver à un tel niveau de précision.

Et l’adaptation ?

Clotilde L. : Impeccable. Tout est bien respecté. On n’a pas sacrifié une partie sous prétexte que ça aurait été trop difficile à réaliser. Les moments forts du dessin animé se retrouvent dans la comédie musicale et gardent le même degré d’intensité, ce que je trouve exceptionnel. Le passage au personnage réel aurait pu faire disparaître l’ambiance magique et féerique mais ce n’est pas le cas, on baigne dans le merveilleux !

Ce qui est exceptionnel c’est que la comédie musicale ne souffre pas de la comparaison avec le dessin animé.

Au début, j’avais un peu peur de me retrouver à un truc du genre du spectacle donné à Disneyland, avec une grosse théière et une grosse “petite tasse”. Je dois dire que l’adaptation des gens en objet est assez heureuse, avec divers degrés de réussite bien sûr. Je dirais que le seul point négatif, c’est la robe de bal de la Belle. Elle aurait je pense gagner à plus de sobriété.

Penses-tu que l’orchestre soit indispensable ?

Clotilde L. : Une bande sonore n’est pas adéquate pour ce genre de spectacle. Quand les gens chantent en direct, la musique doit être en direct, sinon ça perd de son naturel, ça fait karaoké.

Un souvenir ?

Clotilde L. :Le spectacle que j’ai vu était le dernier de la chanteuse qui interprétait Belle. Donc toute la troupe lui a remis des fleurs, c’était très sympa.

Conseillerais-tu ce spectacle?

Clotilde L. :Tout à fait, outre que c’est un très beau spectacle, il a l’avantage d’être accessible à des gens qui ne maîtrise pas bien l’anglais. L’histoire est connue et beaucoup de gens ont vu le dessin animé.