Les archives du web : interview de Thierry Gondet qui a joué Lumière à Stuttgart

Découvrez cette interview effectuée par email en avril 2000, il y a 13 ans !

INTERVIEW EXCLUSIVE de Thierry Gondet un Français qui a joué Lumière dans La Belle et la Bête à Stuttgart.

Bonjour, vous êtes français et vous venez de jouer 503 fois dans la Comédie Musicale Die Schöne und das Biest [La Belle et la Bête] de Disney à Stuttgart en Allemagne. Présentez-nous cette comédie musicale et votre rôle.

Thierry Gondet : La comédie musicale est une adaptation réussie du dessin animé. On en retrouve tous les personnages, les chansons, il y a même des chansons supplémentaires. Les effets spéciaux sont nombreux et les costumes somptueux. Lumière a été conçu par les américains comme l’archétype français, à savoir Maurice Chevalier. C’est un majordome un peu déluré, plein d’énergie et d’humour qui rend fou son collègue de travail, l’horloge von Unruh [Big Ben en français] dont le comportement est plutôt britannique.

Y a t’il des différences entre le dessin animé et la comédie musicale ?

Comme dit précédemment, il y a des chansons supplémentaires et d’une manière générale, l’orchestration et les parties vocales sont beaucoup plus riches. Le visuel est respecté mais enrichi pour ne pas tomber dans l’aspect “Disneyland” un peu carton-pâte-plastique.

Lumière est un majordome français. Il joue un rôle majeur tout au long de la pièce, il est le clou du spectacle pour la chanson “Sei hier Gast” [C’est la fête] à la fin du premier acte. Pour tous les spectateurs cette chanson est un moment fort de la comédie musicale, c’est souvent l’air que l’on sifflote quand on sort de la salle, comment les spectateurs allemands ont perçus la présence d’un acteur français dans ce rôle ?

Curieusement, la majorité d’entre eux ne s’en aperçoit pas. Ils pensent avoir à faire à un acteur allemand imitant l’accent français. D’une manière générale, lorsqu’ils l’apprennent, ils sont agréablement surpris.

A la sortie de ce spectacle, on entend toujours les spectateurs dire “Les effets spéciaux sont extraordinaires !”. Pourquoi disent-ils cela ? Pouvez-vous nous en décrire quelques uns ?

Ils font partie de ce que l’on appelle la “Disney Magic” et nous ne sommes pas autorisés à en parler même après la fin du contrat. On peut tout de même mentionner le plus spectaculaire : la transformation de la bête en prince à la fin qui se déroule en temps réel ou encore la desserte à thé sur laquelle est posée la petite tasse Tassilo [Zip en français], fils de la théière, et qui apparaît comme vide tout au long du spectacle.

Vous avez joué 503 fois avec toute l’équipe, pouvez-vous nous raconter une anecdote amusante ?

Il y en a beaucoup. La plus marquante a été un fou rire qui s’est déclenché juste avant “Sei hier Gast” dont l’origine reste encore aujourd’hui un mystère. La salle entière, l’orchestre et tous mes collègues de travail ont été gagnés par l’hilarité et “Sei hier Gast” a commencé 5 minutes plus tard qu’à l’ordinaire.

Quelle a été votre carrière avant de jouer dans La Belle et la Bête ?

Pour faire court : Cats à Paris, Peter Pan à Paris, Starlight Express, Grease et la Belle… en Allemagne.

A Londres, on compte plus de 15 comédies musicales à l’affiche en ce moment, l’Allemagne est aussi très riche en comédie musicale, La Bella y la Bestia [La Belle et la Bête] est arrivé en décembre 1999 à Madrid. En ce moment à Paris, il n’y a qu’une comédie musicale à l’affiche, qu’en pensez-vous ? Pourquoi ?

Les français ne sont pas très sensible à ce genre. Du fait du nombre important d’acteurs et de musiciens sur scène, il est impossible d’engager des gens célèbres dont les cachets couleraient la production. Les Français veulent des gens connus. La comédie musicale à laquelle vous faites allusion est sans doute “Notre-Dame de Paris” qui n’est pas une comédie musicale mais plutôt un genre d’opéra-rock. Les chanteurs ne sont ni comédiens, ni danseurs, la musique est sur bande de même que les chœurs. Le succès du spectacle est en grande partie lié à sa (sur)médiatisation pratiquement un an avant sa sortie, qui a créé les vedettes et les tubes du spectacle. De nombreux spectateurs se plaignent lorsqu’ils n’ont pas vus sur scène les “vedettes de la télé”, mais un remplaçant.

Si un jour la comédie musicale La Belle et la Bête était monté en France et si on vous proposait de jouer le rôle de Lumière, accepteriez-vous de le jouer, en français cette fois-ci ?

Probablement, mais les chances qu’un spectacle de cette ambition vienne jamais en France sont plus que minces…

Que faites-vous maintenant, quels sont vos projets ?

Je chante avec un groupe de comédie musicale qui tourne en Allemagne.

Je vous remercie beaucoup d’avoir répondu à ces questions et je vous souhaite une très bonne continuation. Vous avez été absolument sensationnel quand je vous ai vu l’été dernier à Stuttgart, vous m’avez fait passer un excellent moment. Je vous en remercie.

Merci beaucoup 🙂

À découvrir
Le site officiel de Thierry Gondet.