Quelques minutes avec… Stéphane Huard

Soyez premier à l’avant-première… du Roi Lion ! Cliquez-ici.

Stéphane Huard est le directeur général de Stage Entertainment France et producteur du Roi Lion à Paris. Le Rapport du Matin l’a rencontré pour parler de la politique tarifaire du musical Le Roi Lion.

Le Rapport du Matin : Les prix des places pour Le Roi Lion, au théâtre Mogador en octobre prochain, oscillent entre 3 à 10 fois une place de cinéma, n’est-ce pas un peu cher ?

Stéphane Hard : Vous savez, les prix des places que nous vous proposons sont en cohérence avec les prix des autres villes du monde. Par exemple, à Hambourg Le Roi Lion se donne pour la 5e année, certaines places sont vendues plus de 100 euros. Pour Paris, on trouve des places entre 25 et 99 euros.

Pour expliquer ces prix, il faut d’abord rappeler qu’à chaque représentation, plus de 135 personnes, sur scène, dans la fosse d’orchestre et en coulisses sont présentes.

Le résultat : c’est un spectacle qui donne énormément au public — d’un point de vue visuel comme d’un point de vue sonore. Et je vous parie qu’à la sortie, personne ne viendra nous dire que ce spectacle ne valait pas ce coût !

Sur Cabaret, nous avons eu la même question, il y a un an. Aujourd’hui nous avons eu plus de 200 000 spectateurs avec certaines places vendues plus de 80 euros.

Pour offrir à chaque spectateur une visibilité optimale, nous avons entrepris de gros travaux dans la salle du théâtre Mogador et dans les espaces d’accueil. Nous proposons aussi une politique tarifaire adaptée aux comités d’entreprises, et pour simplifier l’expérience du Roi Lion aux provinciaux, nous avons des partenariats avec la SNCF et des hôtels parisiens.

Pour conclure, on pourrait comparer le monde du spectacle avec les restaurants. Quand vous allez au restaurant, vous le choisissez en fonction des circonstances : quand vous allez dans un grand restaurant, c’est un choix pour un événement extraordinaire.

Pour le musical Le Roi Lion, c’est la même chose : vous allez le voir une ou deux fois dans votre vie. Il s’agit d’un événement, presque d’un engagement personnel, et vous n’en sortez pas déçu !

Le Rapport du Matin : Merci beaucoup pour ces explications, et bonne fin de préparation d’ici le 4 octobre 2007 pour la première au Théâtre Mogador !

Pour en savoir plus sur la qualité de cette production, Le Rapport du Matin vous propose de consulter sa rubrique J’ai vu Le Roi Lion qui rassemble des interviews de francophones ayant vu Le Roi Lion à l’étranger.

Et Le Roi Lion prend vie…

Ce mardi 24 juillet, toute l’équipe du Roi Lion s’est retrouvé pour le premier jour de répétitions. Bien entendu tout la troupe (premiers rôles, doublures, chœur, danseurs…) et les musiciens étaient présents. Mais avec eux, c’est aussi toutes les équipes techniques et administratives qui étaient venues. Au total, plusieurs centaines de personnes rassemblées pour un même projet et un même but, dans un même lieu.

C’était l’occasion de se rencontrer, mais aussi l’occasion d’écouter les membres de l’équipe créative. Après le mot d’accueil de Stéphane Huard, directeur général de Stage Entertainment France, c’est Maik Klokow, directeur général de Stage Entertainment Allemagne, qui prend la parole. Il a ainsi rappelé le but de tout le travail à accomplir : « tout ce que nous faisons, nous le faisons pour le public ».

A sa suite, c’est le producteur associé du Roi Lion qui prend le micro. Après avoir rendu hommage au travail de Julie Taymor, la metteur en scène, chacune des personnes se présente en quelques mots. Tous sont là, des rôles principaux jusqu’au chœur en passant par les enfants jouant Simba et Nala enfants, les musiciens, les techniciens, et les différents services de Stage Entertainment France.

C’est Julie Taymor qui prend alors le relais pour expliquer son projet et sa vision de l’œuvre.

Premier jour de répétition du Roi Lion - Julie Taymor

Elle a tout d’abord rappelé que le musical Le Roi Lion n’était pas un spectacle pour enfants, spécifiquement : « Le théâtre doit transcender les âges, il faut amener le public à cette histoire. Le Roi Lion, c’est l’histoire d’une jeune personne qui traverse une étape sombre avant de retourner chez lui, c’est l’histoire du fils prodigue, c’est l’histoire d’une initiation que l’on retrouve dans toutes les cultures ».

Elle confirme que le Roi Lion sera joué à Paris en français, à l’exception des quatre langues africaines originales qui ne sont jamais traduites. Peu importe la compréhension textuelle, « tout le monde ressent le son de la langue ». Le musical est très marqué par le travail de Lebo M, avec des « sonorités inspirées des chorales sud-africaines, ces sons, c’est l’âme même du Roi Lion. »

Elle rappelle ensuite la magie et la poésie du théâtre. Le théâtre est vivant, chaque moment est dangereux, unique. En comparaison, le film lui est mort, il est toujours identique – et pourtant elle aime faire des films nous confie-t-elle ! Le bâtiment est important, il est comme « sacré, car c’est le seul lieu d’une représentation unique ».

La magie du théâtre, c’est aussi cette capacité d’imagination du spectateur. Pour arriver à faire interpréter un animal par un humain, elle a utilisé ce qu’elle appelle le « double-événement » en utilisant des masques superposés à la tête de l’être humain. « Ainsi la sculpture est présente, mais l’acteur a toujours une expression ». De même, le chœur est souvent partie intégrante du décor, « il est aussi important que les acteurs principaux ».

En ce qui concerne les personnages, un meilleur équilibre a été trouvé entre les personnages masculins et féminins. Le personnage de Rafiki est désormais un personnage féminin, celui de Nala a été renforcé.

En conclusion, elle rappelle que l’intérêt d’une pièce de théâtre, ce n’est pas l’histoire – que tout le monde connaît – « mais comment on fait cette histoire… Pour qui et pourquoi, on fait cette représentation ? »

C’est ensuite Stéphane Laporte, l’adaptateur en français, qui prend la parole. Il a effectivement terminé la première partie de son travail qui a été un vrai défi puisque l’œuvre compte beaucoup de personnages, beaucoup de styles, et beaucoup de langues. Malgré cela, il sera « présent pour une bonne partie des répétitions pour changer ce qui doit l’être… »

Enfin, c’est Erwin van Lambaart, directeur international de Stage Entertainment qui prend la parole. Il confie sa passion du théâtre, son entousiasme pour le musical Le Roi Lion où chaque personne « est touchée au moment où elle s’y attend, mais surtout au moment où elle ne s’y attend pas, quelque soit son âge ! ». Et il conclue par « Je m’adresse à tous ceux qui font partie de ce projet, à vous et à vos talents uniques, pour cette nouvelle production qui prend vie le 4 octobre 2007 ! »

Il est déjà midi. C’est l’heure de la pause – repos pour les uns, photos pour les autres -. A 14h, première lecture pour tous du script ! L’été sera studieux, et rendez-vous le 22 septembre 2007 pour la première des avant-premières et le 4 octobre pour la première.

Le Roi Lion - Le cast

J-7 pour les répétitions

Dans une semaine très exactement, toute l’équipe du Roi Lion se retrouvera pour débuter les répétitions. En effet, à peine deux mois plus tard, le 22 septembre, aura lieu la première des avant-premières (à laquelle il est possible d’assister). Et le 4 octobre 2007, la grande première de gala.

Le Rapport du Matin vous donnera très prochainement des informations sur les répétitions.