On en parle… même sur les ondes les plus “sérieuses” !

France InterDepuis plus de 50 ans, l’émission Le masque et la plume sur France Inter « réunit, pour des joutes devenues célèbres, les meilleurs journalistes spécialisés qui maintiennent haut et fort le prestige d’un genre périlleux et indispensable : la critique ! ». Au delà des critiques et de l’éventuel intérêt qu’on peut y trouver, on écoute aussi – ou surtout – Le masque et la plume pour son ambiance « marché à la criée »…

Il y a tout juste un mois, le 22 juin 2008, quelques minutes ont été consacrées au Roi Lion. Bien entendu, il n’était pas vraiment inscrit à l’ordre du jour… Une création contemporaine aux 45 millions de spectateurs dans le monde, ce n’est sans doute pas assez « sérieux » !

Charlotte Lipinska, Jacques Nerson, Bernard Thomas et Gilles Costaz ont échangé sur leurs expériences au théâtre Mogador. Et contre toute attente, les remarques sont plutôt assez positives… Voici quelques éloges :

« C’était tout à fait réjouissant. Je me suis émerveillé (…) mais il faut dire que c’est vraiment extraordinaire. Quand les girafes arrivent sur scène, avec les zèbres, les éléphants et tout ça, on est vraiment émerveillé. On en demande encore. Les chansons sont très bien et les lumières, c’est surtout les couleurs des lumières qui sont prodigieuses… on marche complètement. » Bernard Thomas.

« C’est très spectaculaire. Tout de suite 40 artistes en scène, 20 musiciens live, cette débauche de lumières et de costumes, c’est assez impressionnant. Je suis assez admirative de l’inventivité des costumes faits par Michael Curry [LRDM : et de Julie Taymor] : il y a du masque, de la marionnette, des espèces d’harnachements…. » Charlotte Lipinska.

« je suis émerveillé par ce spectacle. Je l’avais vu il y a 4 ans à Londres, des amis m’avaient pris des places. Je me disais : c’est une drôle d’idée d’aller voir un spectacle de Walt Disney. Je pensais voir une adaptation du dessin animé. Or l’intelligence de Disney dans l’histoire, c’est justement de n’avoir pas cherché à imposer l’esthétique du dessin animé et de s’être adressé à un metteur en scène, Julie Taymor, qui est quelqu’un d’extrêmement avant-gardiste aux États-unis. On sait qu’elle a fait du cinéma,… elle est extrêmement inventive esthétiquement. Ce que j’ai vu il y a 4 ans, ce que j’ai revu l’autre jour – c’est la même chose – c’est éblouissant pour l’œil. (…) C’est l’utilisation de l’homme et de la marionnette, le mélange des deux que je trouve particulièrement réussi.(…) ça c’est vraiment un spectacle admirable, magnifique. J’ai rarement vu une aussi belle utilisation de la marionnette. Quand on voit l’attaque des gnous, les gnous qui déferlent : on a la trouille ! » Jacques Nerson.

« Techniquement, c’est remarquable. » Gilles Costaz.

Il semble donc que le but recherché soit atteint… Ils ont été favorablement impressionnés. Mais Le Rapport du Matin ne peut s’empêcher de publier l’extrait complet de la discussion animée par Jérôme Garcin. Soit plus de 5 minutes de questions, d’échanges, de réponses, de mauvais esprit et de bons mots :

Jérôme Garcin : On va dire un mot de ce fameux Roi Lion. Pourquoi ? Parce qu’il a accumulé les Molière – du meilleur spectacle musical, mais aussi pour les costumes, mais aussi pour les lumières – et qu’il est déjà à 350 000 spectateurs ! Donc ça casse la baraque… plutôt le théâtre Mogador qui ne désemplit par depuis l’automne dernier où la comédie musicale de Julie Taymor a été adaptée  pour la France par Stéphane Laporte. La musique est essentiellement d’Elton John, mais il n’y a pas que lui. Et c’est évidemment une production Walt Disney. Je crois que c’est la première fois que Walt Disney a droit à autant de Molière pour l’un de ses spectacles [LRDM : et pour cause, c’est le premier spectacle de Walt Disney Theatrical présenté en France ! Le musical Le Roi Lion a amassé plus de 70 récompenses à travers le monde !].
Alors, je vous ai envoyé, les uns et les autres, pensant bien évidemment à votre jeunesse, à votre sens du rythme. Bernard, tu y es allé avec les enfants je crois ?

Bernard Thomas : J’y suis allé en matinée enfantine mercredi dernier, c’était tout à fait réjouissant. Je me suis émerveillé – c’est peut-être un petit peu long pour un grand [LRDM : ?] – mais il faut dire que c’est vraiment extraordinaire. Quand les girafes arrivent sur scène, avec les zèbres, les éléphants et tout ça, on est vraiment émerveillé. On en demande encore. Les chansons sont très bien et les lumières, c’est surtout les couleurs des lumières qui sont prodigieuses… on marche complètement.

Jérôme Garcin : Vous avez compris l’histoire ?

Bernard Thomas : Je crois que j’ai à peu près tout compris. Y’avait un très méchant roi qui a pris le pouvoir, qui l’a usurpé, et y’a le petit qui se bat, puis qui devient grand dans la jungle. Alors j’ai pas reconnu tous les animaux… je pense que c’est un phacochère, le vilain sanglier, qui est très gentil en fait ! Y’a un oiseau aussi qui est tordant : il est sur l’épaule d’un monsieur, qui commente.

Charlotte Lipinska : C’est Zazu.

Jérôme Garcin : Donc tu as aimé ?

Bernard Thomas : Ah, bah beaucoup… Oui, oui, tout à fait.

Jérôme Garcin : Charlotte ?

Charlotte Lipinska : Oui, oui, on est effectivement… c’est très spectaculaire. Tout de suite 40 artistes en scène, 20 musiciens live, cette débauche de lumières et de costumes, c’est assez impressionnant. Je suis assez admirative de l’inventivité des costumes fait par Michael Curry : il y a du masque, de la marionnette, des espèces d’harnachements….

Jacques Nerson : Par Julie Taymor. Par Julie Taymor, elle-même, les costumes.

Charlotte Lipinska :
Et Michael Curry qui lui a fait tout le travail de marionnettes et d’harnachements…

Jacques Nerson : Non, non, non, elle a beaucoup travaillé sur les marionnettes elle-même. Son travail de mise en scène est inséparable de ce qu’elle a fait pour les costumes et les marionnettes.

Charlotte Lipinska : En tout cas, je trouve que cela fonctionne très très bien. Après sur les tableaux, je les trouve quand même très inégaux. Il y en a qui sont extrêmement inventifs comme par exemple la course poursuite par les hyènes [LRDM : les gnous et non les hyènes !] du petit Simba. Là, on a un effet de perspective. La scène dans le film était très forte… Et en même temps, il y a d’autres tableaux que j’ai trouvé d’une laideur terrible – et notamment les retrouvailles amoureuses des deux héros : ça se fait dans des lumières dégoulinantes avec des trapézistes, on dirait une mêlée de courgettes volantes ! C’est absolument immonde ! Et là, il y a vraiment le pire de Walt Disney – mais c’est que quelques minutes dans un spectacle qui dire 3 heures et qui effectivement est assez réjouissant ! On peut se demander à qui il s’adresse parce que pour les enfants, 3 heures, c’est trop long. Pour les grands, ce conte initiatique est un petit peu simplet, mais bon on passe quand même un moment assez féerique !

Jacques Nerson : Non, il n’y a pas de Walt Disney là-dedans, je suis désolé !

Jérôme Garcin : Jacques Nerson ?

Jacques Nerson : Non je ne suis pas d’accord : je suis émerveillé par ce spectacle. Je l’avais vu il y a 4 ans à Londres : des amis m’avaient pris des places. Je me disais : c’est une drôle d’idée d’aller voir un spectacle de Walt Disney. Je pensais voir une adaptation du dessin animé. Or l’intelligence de Disney dans l’histoire, c’est justement de n’avoir pas cherché à imposer l’esthétique du dessin animé et de s’être adressé à un metteur en scène, Julie Taymor, qui est quelqu’un d’extrêmement avant-gardiste aux États-Unis. On sait qu’elle a fait du cinéma,… elle est extrêmement inventive esthétiquement. Ce que j’ai vu il y a 4 ans, ce que j’ai revu l’autre jour – c’est la même chose – c’est éblouissant pour l’œil. Certains d’entre nous se sont extasiés sur le spectacle de la Comédie Française… [Sur ces deux productions], il y a un mélange d’acteurs et de marionnettes qui se fait très, très bien… [mais] ce que je vois au Roi Lion, c’est bien supérieur, largement supérieur. C’est l’utilisation de l’homme et de la marionnette, le mélange des deux que je trouve particulièrement réussi. Cela n’a rien à voir avec l’esthétique de Disney, ça c’est vraiment un spectacle admirable, magnifique. J’ai rarement vu une aussi belle utilisation de la marionnette. Quand on voit l’attaque des gnous, les gnous qui déferlent : on a la trouille !

Jérôme Garcin : Gilles ?

Gilles Costaz : Techniquement, c’est remarquable. De même qu’ils ont refait le théâtre Mogador. C’est vraiment très bien : on voit beaucoup mieux qu’avant. C’est très bien. Cela dit, c’est quand même le théâtre qu’il va falloir combattre. C’est l’axe Broadway–Marne-la-Vallée–Mogador : une espèce de pensée américaine assez bête !

Jacques Nerson : Pourquoi « combattre » ? C’est du théâtre pour enfants ! L’histoire de la pièce, c’est l’histoire d’Oreste ou de Hamlet : c’est un vieux schéma qui n’a rien d’américain.

Jérôme Garcin :
C’est Hamlet version Marne-la-Vallée.

Gille Costaz : C’est d’une pauvreté, cette histoire… en plus on ne la comprend pas très bien, j’ai eu un peu de mal !

Jacques Nerson : Ah ça, je veux bien le croire ! C’est trop complexe pour vous !

Jérôme Garcin : Non, non, non, Gilles, tu dormais…

Gilles Costaz : Le vieux lion est très mal fait [LRDM : ?]. Cela dit, il y a plein de qualités. Le fait d’avoir utilisé l’esthétisme des masques africains est quelque chose de très nouveau dans ce genre de spectacle et ça fait du bien. Reste qu’on va avoir des milliers de théâtres comme ça qui seront beaucoup plus écologistes [LRDM : ?] à mon avis, avec de purs produits industriels : c’est ce qui nous attend dans les années qui viennent et Jacques Nerson sera très content.

Jacques Nerson : C’est du protectionnisme culturel ! Le talent n’a pas de frontière, je crois vraiment. Et quand il y a un talent comme celui de Julie Taymor, je pense qu’on serait bien inspiré de s’incliner sans chercher à dire « c’est américain, c’est pas américain ». On s’en fout.

Gilles Costaz : Je préfère Eschyle ou Shakespeare à ce genre d’écriture, personnellement…

Extrait du masque et la plume par Jérôme Garcin, dimanche 22 juin 2008. Avec Charlotte Lipinska (Têtu), Jacques Nerson (Valeurs actuelles), Bernard Thomas (Canard enchaîné) et Gilles Costaz (Politis).

Standing ovation… pour Le Roi Lion

Le Roi Lion - Le succès de l'étéCher lecteur, chère lectrice,

Cela fait presque un an que je fréquente régulièrement le théâtre Mogador et sa production Le Roi Lion. Je ne peux d’ailleurs plus compter sur mes mains le nombre de soirées que j’ai passé dans la salle de ce théâtre parisien…

Je sors tout juste de la représentation de 15h, aujourd’hui, samedi 19 juillet 2008. Je me suis fait inviter par une amie : avec sa carte UGC illimité, nous avons pu bénéficier de places de première catégorie, pour tout juste 35 euros par personne !

À chaque fois que je retourne au théâtre Mogador, je me demande si je vais être aussi ému et impressionné qu’à la première. Même si j’ai vu, écouté et admiré un grand nombre de fois ce spectacle, je me laisse – un peu malgré moi – entraîner vers le ciel d’Afrique !

Ce qui me surprend à chaque fois, c’est la standing ovation systématique de la salle. Elle montre bien que ce spectacle touche chaque personne, chaque âge, chaque situation !

Guillaume, en sortant de la salle le 18 juillet 2008, déclarait :

« oh, la, la ! J’ai vraiment adoré ! C’était ma première comédie musicale et j’en suis… je ne trouve pas les mots… c’est magnifique ! C’est réservé : j’y retourne le 20 août !

Vraiment bravo à toute l’équipe : aux chanteurs/acteurs, aux danseurs, aux décorateurs, aux costumière, aux éclairagistes, aux maquilleuses ! Bref un grand et immense BRAVO !

Et je dis aux comédiens : on se rejoint à Mogador… le 20 août ! »

Effectivement, merci à chacun de rendre cette alchimie possible. Merci à chacun de donner, par l’utilisation toutes les techniques du théâtre – le jeu, le chant, la musique, le mime, la danse, le costume, le masque, le maquillage, les cascades, le décor, la lumière, les effets spéciaux,… – de l’émotion et du plaisir !

Le musical Le Roi Lion est jusqu’au 3 août au théâtre Mogador. Il s’arrêtera quelques jours pour reprendre le 19 août, sans doute avec des modifications dans la distribution. Il est possible de réserver tout l’été.

Merci à vous lecteurs pour vos emails, vos remarques, vos critiques !
À très bientôt,

Sébastien
Rédacteur

On en parle – samedi 29 mars 2008

Le Roi Lion est un spectacle grandiose alliant musique, théâtre, marionnettes, costumes, décors effets spéciaux… au service d’une l’histoire. Quelques mots de spectateurs :

« Les mots n’existent pas pour montrer à quel point nous avons adoré la mise en scène. Les comédiens sont supers, les costumes n’en parlons pas ! Si je n’étais pas à 800 kilomètres, je suis sûr que j’y serai retourné !
Je regrette de n’avoir pas pris mon petit garçon croyant qu’il était trop petit… la beauté, les couleurs, l’humour ne peuvent que plaire à tous les publics… Je conseille à tout le monde d’y aller ! »

Kakashi, séance de 20h.

« C’est la première comédie musicale que je vois et que j’avais envie de voir. Je n’ai qu’une chose à dire : la barre est placée très haute ! Tout est bluffant : l’utilisation de l’espace, le jeu des acteurs qui doivent non seulement “habiter” leurs personnages mais aussi manipuler une partie de leur costume et maîtriser le chant…
Une résultat sonore qui ne laisse pas penser un seul instant que l’orchestre est là, en live ! C’est du pro de bout en bout ! Chaque scène est une découverte en costumes, en lumières, en décors.
Magnifique. Merci pour ce merveilleux spectacle ! »

Epoch, séance de 15h

On en parle

Depuis le 4 octobre 2007, Le Roi Lion se donne 8 fois par semaine au Théâtre Mogador à Paris. Le musical Le Roi Lion est le résultat de la mise sur scène du dessin animé sorti en 1994. En adaptant un dessin animé où l’humain n’apparaît pas, Julie Taymor a su créer une œuvre qui transporte les spectacteurs. En mixant de nombreux courants et techniques du théâtre, elle réussi à échapper au faux et au trompe-l’œil pour créer un univers parfaitement crédible et extrêmement émouvant.

C’est l’avis de Nono qui a vu Le Roi Lion le dimanche 23 décembre à la séance de 20h :

« Il n’y a qu’un mot à dire : PARFAIT. Depuis que j’étais petite, je voulais le voir à Broadway. Ça arrive en france, je DOIS y aller. Et là, je ne suis pas décue. En fait 2h40, c’était trop court. Ne le dites à personne mais j’ai pleuré plusieurs fois pendant le spectacle… c’est GÉNIAL. Si vous hésitez encore, n’hésitez plus. C’est la première fois que je payais aussi cher mon ticket d’entrée pour un spectacle, mais je ne le regrette pas du tout. Tout le monde est parfaitement à sa place, les chanteurs, les danseurs, les musiciens, c’est magique ! J’ai envie d’y retourner une deuxième fois mais je ne sais pas si j’en aurais l’occasion…
Vive le Roi Lion !!! »

On en parle – 18 novembre 2007

Le spectacle Le Roi Lion est, comme le souhaitait sa metteur en scène Julie Taymor, l’expérience théâtrale de la rencontre d’une émotion. La rencontre d’une émotion qui fait partie de l’Homme, de son ADN – « une émotion qui donne la chair de poule ».

Dimanche 18 novembre 2007 à 15h

Benoît

Quelle claque ! Je m’attendais à quelque chose de fort, mais pas à ce point. Tout est absolument splendide, costumes, maquillage, musique, chants, décors, artistes… J’étais à l’orchestre, 7ème rang, plein centre, les poils dressés et des larmes pleins les yeux. J’y retournerai… c’est sûr !

Le but semble atteint !

Avertissement : ces témoignages peuvent ne pas refléter les opinions de la Rédaction du Rapport du Matin.

On en parle – Semaine du 1er au 7 octobre 2007

Le Rapport du Matin continue à ouvrir ses colonnes et recueille les avis de spectacteurs du Roi Lion. Sur le fond les avis sont unanimes : le spectacle a été apprécié. Dans les détails, on peut entendre quelques regrets, et même des avis divergents.

Mardi 2 octobre 2007

S@m

Alors ?
Un festival visuel époustouflant et quasiment ininterrompu pendant près de 3h…

Les costumes sont incroyables, la technique suit parfaitement et les comédiens maîtrisent leurs costumes, ce qui donne au spectacle une grande fluidité. Les aspects scéniques et chorégraphiques sont impeccables. On en prend plein la tête dès le premier tableau qui est magistral.

J’ai également beaucoup apprécié la reprise de Il vit en toi qui est un moment magique.

C’est phénoménal comme boulot, et c’est clair que je vais y retourner, enfin je vais peut-être attendre qu’il y ait des réductions 🙂

Un regret ?
– J’étais en catégorie 2 dans la corbeille, et par moments, le son était beaucoup trop faible ! Que ce soit la musique ou les micros, sur certaines chansons, c’était franchement frustrant, on n’était pas imprégnés…
[NDLR : il semblerait que des réglages de sonorisation aient eu lieu depuis]
– Une certaine faiblesse vocale de certains des rôles principaux en comparaison à leurs homologues américains – c’est le problème quand on écoute trop la musique en VO… –. En particulier, à part les interprètes de Scar et de Rafiki, les comédiens doivent faire un effort d’articulation et de diction : certaines scènes sont incompréhensibles, en particulier celles des hyènes. Par ailleurs, si elle s’en sort remarquablement, je trouve que la voix de Nala adulte manque de profondeur sur Shadowland (Terre d’Ombre).
– Les approximations du texte qui utilise un langage familier inutile : les « ta gueule » et autre « ché pas » – oui, on peut dire je-ne-sais-pas – n’apportent pas grand chose… Après sur les changements de traduction on peut discuter mais bon…

 Jeudi 4 octobre 2007

Dom 

Alors ?
Tout d’abord, je ne suis pas très comédie musicale, mais là, j’ai été enchanté par le spectacle, c’est époustouflant, magnifique. J’ai trouvé le premier acte très émouvant avec l’intervention de Simba et Nala enfant (Louka Masset et Ketsia Toto), ils jouent et chantent magnifiquement bien sans oublier Jee-L et Léah Vincent !

La musique est magnifique, le niveau sonore est un peu juste mais reste raisonnable, les personnages sont bien interprétés, avec Zazou qui est plein d’humour. Concernant l’adaptation en français, je trouve qu’elle est très réussie, les costumes sont magnifiques, incroyables et les comédiens maîtrisent leurs costumes. J’ai beaucoup apprécié la reprise de Il vit en toi qui est un moment magique.

En résumé, un spectacle à voir et à revoir absolument, à recommander sans hésitation….

Dimanche 7 octobre 2007 à 15h

Pierrot

Alors ?
Je dois dire que j’ai été enchanté par ce spectacle: il est MAGNIFIQUE. Le jeu des comédiens est très juste, ils chantent magnifiquement bien – surtout Léah Vincent pour qui j’ai eu un coup de cœur, elle m’a foutu la chair de poule !!!

De même la musique est magnifique, et l’émotion passe très très bien. Comment ne pas éclater en larmes dans le dernier tableau ? Il faut dire que les personnages sont excellemment bien interprétés, comme par exemple Zazou qui a une répartie du tonnerre et plein d’humour.

De même, l’adaptation en français est très réussie, avec des touches humoristiques vraiment drôles, et puis bien évidemment, j’ai pensé à votre site pendant la chanson de Zazou et Simba « le rapport du matin » [NDLR : En fait la chanson s’appelle L’écho du matin dans le musical, Le Rapport du matin était la traduction dans le DVD].

A noter toutefois que le spectacle a plus un aspect théâtral que musical, car finalement je m’attendais à plus de chansons.

Mais vive le Roi Lion, quel spectacle MAGNIFIQUE…

Un regret ?
Il est vraiment dommage que le spectacle ne soit pas réalisé avec les « vraies » paroles – celles du dessin animé –, j’ai eu du mal à m’y habituer et cela m’a un peu « choqué » puisque parfois, les paroles sonnent « faux ».

Avertissement : ces témoignages peuvent ne pas refléter les opinions de la Rédaction du Rapport du Matin.

On en parle – 29 septembre 2007 à 20h

Quelques mots…

Nolwenn

J’ai adoré ! C’était… trop bien…!
Les costumes sont magnifiques !
Vraiment génial ce spectacle !

Avertissement : ces témoignages peuvent ne pas refléter les opinions de la Rédaction du Rapport du Matin.

On en parle – 22 septembre 2007 à 20h

Au moment même où la première des avant-premières du Roi Lion commençait, Le Rapport du Matin ouvrait sa nouvelle rubrique intitulée « On en parle ».

Vous venez de voir le musical Le Roi Lion. Qu’en avez-vous pensé ? Le Rapport du Matin ouvre ses colonnes et publie vos témoignages. Voici ceux de la représentation du 22 septembre 2007 à 20h, de la première des avant-premières.

Raphaële

Alors ?
Dément ! Je ne pensais pas qu’il était possible de restituer les fortes émotions ressenties encore et encore devant le fabuleux dessin animé d’origine, mais là, pari tenu : chapeau bas ! On les attendait en particulier sur certaines scènes difficiles à imaginer dans l’environnement confiné d’un théâtre : l’ouverture avec le réveil de la jungle et la présentation du jeune Simba, la ruée des gnous, l’apparition fantomatique de Mufasa, la scène de promenade romantique… L’émotion – ou plutôt l’émerveillement – est intacte, les poils se hérissent comme au premier jour !

Une mise en scène extrêmement riche, vivante et poétique, des idées inédites pour réussir le tour de force de restituer les différents personnages du film d’une façon saisissante, des chants et une orchestration puissants et rythmés, l’Afrique est là…

Même en ce qui concerne les ajouts inédits, l’histoire et le style sont respectés, voire sublimés, sans couture par rapport aux chansons déjà connues – on se retient de chanter pour ne pas trop gêner les voisins, mais l’envie est bien là !

En bref, un très grand moment à ne pas manquer !

Tournesol

Alors ?
J’ai vécu un moment merveilleux. Quand le rideau s’est levé hier, quand la musique a empli l’espace du théâtre, j’ai pleuré à chaudes larmes, d’émotion…

C’était un fameux pari pour moi d’emmener mon copain au Roi Lion : il prétend détester les « comédies musicales ». Et il a adoré et est prêt à le conseiller autour de lui. Mission accomplie.

Un regret ?
Intégrer des mots comme « c’est ouf » ou « les lions sont che-mo », ça fait certes très branché, mais dans deux ans, ça fera ringard… ce vocabulaire très très ancré dans une époque a ce défaut de manquer d’universalité…

Note du Rapport du Matin :
Il semblerait que la réplique « les lions sont che-mo » ait été modifiée depuis.

Matthieu

Alors ?
On pourrait de prime abord craindre le résultat de cette adaptation en comédie musicale. En effet, l’idée de transposer la grandeur de ce film et l’esprit de la savane sur une scène qui n’est pas des plus spacieuses semble un exercice impossible. Mais dès les premiers moments, la mise en scène, l’orchestration et particulièrement les costumes nous transposent au delà du film au cœur de l’Afrique.

La rythmique, les chansons, et les acteurs nous transportent tout du long au travers de cette histoire merveilleuse avec une touche personnelle qui permet à cette oeuvre de trouver son individualité.

Un regret ?
Les nouvelles chansons n’ont pas su percer le cœur autant que les chansons originales.

Aurélie

Alors ?
Première scène, premières émotions et cela dure 3h ! Jamais je n’aurais pensé pleurer durant une comédie musicale. Heureusement le Roi Lion est bien plus que cela. Il nous renvoie dans notre enfance grâce aux costumes, aux couleurs et à tous ces comédiens qui savent si bien mettre tout cela en avant (ainsi que les hommes de l’ombre). Je ne sais pas s’ils savent réellement le bonheur qu’ils nous offrent. Pendant 3h notre vie quotidienne, nos éventuels problèmes n’existent plus. Nous sommes en Afrique, au cœur de ses tribus.

Il n’y a pas de mots réellement appropriés pour définir le Roi Lion. Donc la seule chose que je peux vous dire c’est d’aller le voir et de vous faire votre propre opinion.

Encore merci à tous ceux qui ont permis que ce spectacle se fasse en France.

Guillaume

Alors ?
Alors que pouvons nous en dire ? Grandiose ? Non, magnifique ? Non plus : surréaliste ! Voilà c’est celui-ci le mot : surréaliste. On est devant et on n’y croit pas, tout est suggéré, les hommes disparaissent, des animaux prennent vie et le public se prend au jeu qui est celui du Rêve. Julie Taymor a réalisé un travail très précis, tout est réfléchi, pensé.
Pour ce qui est des acteurs ils ont tous été splendides avec le stress de l’avant première, de très belles voix.

Un regret ?
La traduction trop familière à mon goût et des changements de paroles inutiles, par rapport aux quelques chansons en français…

Delphine 

C’était effectivement parfait, donc il n’y a rien à en dire ! Si, bien sûr ! Avec la féerie des mobiles aériens et gracieux, des masques si bien mêlés aux personnages, des couleurs vives, des rythmes joyeux, c’est effectivement unique. De la gaîté, de la bonne humeur, de l’imagination qui font du bien. En deux mots, un spectacle onirique.
A noter, le théâtre est vraiment bien refait, car on voit bien de partout.

Un regret ?
Dommage que l’orchestre ne soit pas mis en valeur, d’une manière ou d’une autre.

Avertissement : ces témoignages peuvent ne pas refléter les opinions de la Rédaction du Rapport du Matin.

À la sortie de Mogador – première des avant-premières !

Super ! Magnifique ! Plein les yeux ! Trop bien !
Aurélie

Extraordinaire !
Sophie

Dément ! Une mise en scène extrêmement riche, vivante et poétique, des idées inédites pour réussir le tour de force de restituer les différents personnages du film d’une façon saisissante, des chants et une orchestration puissants et rythmés, l’Afrique est là… Un très grand moment à ne pas manquer !
Raphaële

La mise en scène, l’orchestration et particulièrement les costumes nous transposent au delà du film, au cœur de l’Afrique. Un moment magique !
Matthieu

C’est toujours aussi extraordinaire, même après les 3 première fois à l’étranger ! Et j’y retournerai encore !
Stéphane

Avertissement : ces témoignages peuvent ne pas refléter les opinions de la Rédaction du Rapport du Matin.

Merci !

Chers lecteurs !

Cela fait 9 mois que par ce blog, j’essaie de vous faire connaître le musical Le Roi Lion. Pour certains fidèles lecteurs, cela fait 9 mois que vous lisez Le Rapport du Matin régulièrement. Je tiens à vous remercier de votre fidélité !

Pour ceux qui veulent en savoir plus, j’ai vu le musical Le Roi Lion à Londres 4 ou 5 fois depuis qu’il est à l’affiche (à l’attention des médecins : je ne suis pas totalement monomaniaque… même si…). Quoi qu’il en soit, c’est Le Roi Lion qui me fascine le plus par sa créativité la plus totale, dans tous les domaines qu’un spectacle peut utiliser : le jeu de l’acteur, le texte, le chant, la musique, la danse, les décors, les lumières, les costumes, les effets spéciaux, les cascades…

Hier, avait lieu la première des avant-premières à Mogador. Je tiens tout d’abord à remercier les producteurs qui ont pris le risque d’amener ce spectacle dans un pays connu pour être réticent et/ou peu connaisseur de ce genre d’œuvre !

Je tiens à remercier les acteurs, les musiciens et les personnes de l’ombre qui ont rendu cette soirée possible. Bravo à tous ! Bravo pour votre travail. Merci pour ce que vous nous avez donné !

Qu’est-ce qu’un spectacle réussi ? A mon sens, c’est un spectacle qui vous sort du quotidien pour vous plonger dans un autre univers, qui vous « transporte » ailleurs, géographiquement et émotionnellement. Hier, pendant le spectacle, je n’étais plus au théâtre Mogador, j’étais dans la savane, au milieu des lions, je ne suis revenu à Paris que le rideau tombé et les lumières de la salle rallumées ! Côté émotions, j’essaie toujours de me raisonner en me disant « ce n’est qu’un spectacle … », rien à faire ! Hier soir encore, à certaines scènes, il y a quelque chose qui vous prend au ventre, les larmes qui vous montent aux yeux…

Merci à vous tous, chers lecteurs, en espérant que vous pourrez très prochainement faire l’expérience du Roi Lion au Théâtre Mogador ! La plus grande difficulté pour la réalisation de ce blog, c’est de vous donner envie de partager ce moment unique, sans vous montrer quoi que ce soit pour que la surprise soit totale ! Je ne peux donc pas vous en dire tellement plus !

Hier, la salle était d’un enthousiasme le plus total, applaudissant à chaque scène voire plus ! La soirée s’est terminée par un standing ovation générale !

Techniquement tout s’est bien passé. Pour ceux qui se posent la question, il s’agit bien de la mise en scène de Julie Taymor telle qu’elle est présentée à Broadway. Un spectateur que j’ai croisé hier pensait que le son provenait d’une bande pré-enregistrée… alors je le répète : il y a bien un orchestre… en fosse, sous la scène !

« Le Roi Lion, le musical de Broadway LIVE au théâtre Mogador ! »
Qu’il rugisse longtemps sur Paris !

Sébastien
Rédacteur